Quels sont les différents types de violence contre les femmes ?

Les tactiques de violence peuvent prendre bien des formes différentes. La liste suivante, qui est loin d'être complète, regroupe ces tactiques et donne plusieurs exemples. Toutefois, les femmes qui vivent de la violence ne séparent pas nécessairement leurs expériences en catégories distinctes.
 
La violence physique
Tout contact physique, non désiré et qui n'est pas nécessaire, causant des douleurs physiques, de l'inconfort ou des blessures, par exemple, gifler une femme, lui donner des coups de pied, la retenir physiquement, tenter de l'étrangler ou limiter ce qu'elle mange.
 
La violence psychologique ou émotionnelle
Tout geste qui provoque de la peur, réduit la dignité ou l'estime de soi ou encore le fait d'infliger intentionnellement un traumatisme psychologique à une femme (Crier, l'intimider, refuser de lui parler, jouer avec ses émotions, la dégrader, la traiter comme une enfant, revenir à la maison en état d'ébriété ou sous l'effet de drogues, lui refuser son soutien et son aide pour s'occuper d'un bébé ou d'un enfant, etc.)
 
La violence sexuelle 
Toute activité sexuelle non désirée ou forcée. (Contact sexuel non désiré, relation sexuelle forcée, relation sexuelle forcée avec d'autres personnes, proférer des menaces pour obtenir une relation sexuelle, forcer une relation sexuelle alors que la femme est malade, qu'elle vient d'avoir un enfant ou une opération, traiter la femme comme un objet sexuel, refuser qu'elle ait recours à la contraception ou la forcer à le faire, etc.)
 
La violence verbale 
Faire des commentaires négatifs déplacés, embarrassants, offensants, intimidants, menaçants ou dégradants pour la femme. (La traiter de tous les noms, faire des fausses accusations, mentir, dire une chose quand on pense autre chose, etc.)
 
La violence financière 
Tout comportement qui réduit ou élimine l'indépendance financière d'une femme et son pouvoir de décision en matière d'argent. (Prendre son argent, forger sa signature, retenir de l'argent, dépenser l'argent en alcool, en drogues, au jeu ou pour obtenir des services sexuels, garder secrète les finances de la famille, etc.)
 
Le harcèlement criminel
Bien que la définition légale du harcèlement criminel varie selon les administrations, on peut le définir ainsi : une façon d'agir envers une certaine personne qui porterait toute personne raisonnable à avoir peur.
 
La violence sociale 
Tout comportement qui aurait pour conséquence d'isoler ou de détourner une femme de ses amies et amis ou de sa famille. (Contrôler ce qu'elle fait, qui elle voit et à qui elle parle, ne pas faire les messages, la traiter comme une servante, lui faire une scène en public, etc.)
 
La violence religieuse/spirituelle
Toute tactique pour exercer du pouvoir et du contrôle sur la spiritualité d'une femme ou sur sa pratique religieuse. (Se servir de la religion pour justifier la violence ou la domination, se servir de préceptes religieux pour imposer des relations ou obtenir des faveurs sexuelles, etc.)
 
L'utilisation des enfants 
Blesser les enfants ou menacer de le faire, enlever les enfants dans le but de contrôler une femme, s'arranger pour qu'elle se sente coupable envers ses enfants, se servir des enfants pour passer ses messages.
 
La violence environnementale 
Toute tactique qui fait qu'une femme a peur dans son environnement. (Claquer les portes, donner des coups de poings dans les murs, blesser les animaux de compagnie, conduire trop vite, etc.)
 
L'utilisation d'un privilège ou du statut social 
Faire des gestes ou des commentaires qui suggèrent que la femme est un être inférieur parce qu'elle vient d'un milieu socioéconomique différent, se servir de son statut social ou de sa richesse pour cacher ou nier ses comportements violents, se servir de sa richesse pour engager une femme dans des procédures légales coûteuses ou pour manipuler ou prolonger les procédures légales.
Cette description des différentes formes de violence a d'abord été publiée par le Middlesex-London Health Unit, puis révisé par la Women's Mental Health and Addictions Action Research Coalition en 2007. La présente version a été traduite par Action ontarienne contre la violence faite aux femmes en 2008.